Mise en place d’un serveur Asterisk

Mise en place d’un serveur Asterisk

Contenu
1 – Maquette
2 – Installation du serveur Asterisk
3 – Configuration du serveur Asterisk
4 – Configuration des téléphones
4.1 – Softphone
4.1.1 – X-lite
4.1.2 – Ekiga
4.2 -Téléphones physiques
4.2.1 – Téléphones IP ou IP-Phone
4.2.2 – Téléphone analogique classique
5 -Fonctionnalités de téléphonie.
5.1 – Transfert d’appel
5.2 – Mise en attente
5.3 – Interception d’appel
5.4 – Enregistrement d’appel
5.5 – Boites vocales
5.6 Création d’une boite vocale
5.7 Installation et configuration du Mail Transfer Agent  » exim4  »
5.8 Installation et configuration du serveur POP  » ipopd  »
5.9. Menu Vocal Interactif
6 – Sécurité
6.1 -Analyse Wireshark des appels

1 – Maquette
Les téléphones utilisés ici sont à la fois des téléphones analogiques, IP et des téléphones logiciels (softphone). Voici la maquette sur laquelle nous allons travailler.




2 – Installation du serveur Asterisk

Un serveur asterisk peut s’installer sur différents OS (Windows, Linux ou Mac). Nous avons à disposition une machine disposant d’une version particulière de Linux : Ubuntu 10.10 Maverick Meerkat.
La version que nous utilisons au moment où j’écris ce tuto est la dernière version de la distribution Ubuntu mais n’a cependant pas été mise à jour depuis un moment. Il faut donc au lancement appliquer un « Sudo apt-get update » afin d’avoir toutes les dernières sources logiciels. (Nous avions testé sans mettre à jour les sources et l’installation d’Asterisk nous était impossible…).

Il existe deux techniques pour installer Asterisk : une méthode grâce à l’interface graphique et l’autre grâce aux lignes de commandes. Je vais détailler la version avec les lignes de commandes car « normalement » un serveur est installé sans interface graphique.

Sudo apt-get install asterisk

Sudo : permet d’exécuter la commande en temps que root

Apt-get install asterisk

Il faut par la suite entrer le mot de passe de l’utilisateur afin de lancer l’installation et valider par « O » ou « Y » selon la langue du système.
L’installation se déroule normalement sans problème et asterisk est installé.
Pour lancer Asterisk, la commande est la suivante : /etc/init.d/asterisk start et /etc/init.d/asterisk stop pour l’arreter. Notez qu’il est possible de faire un redemarrage du daemon Asterisk en tapant /etc/init.d/asteriek restart
La version d’asterisk installée est la 1.6.2.7-1ubuntu1.1.

3 – Configuration du serveur Asterisk

Asterisk a besoin d’un certain nombre de fichiers de configuration afin de fonctionner, en voici la liste :

Les fichiers se trouvent dans le repertoire /etc/asterisk/

Tous les fichiers .conf utiles à Asterisk sont commentés et des explications y sont précisées afin de s’y retrouver. Certaines personnes effacent tous les fichiers afin de les recréer, personnellement j’enlève intelligemment les choses non utiles (les commentaires par exemples) mais vous n’êtes pas obliger de le faire. Si vous êtes un débutant n’effacez pas le contenu des fichiers ça sera utile pour plus tard. Dans tous les cas il est recommandé de faire une copie des fichiers originaux avant :

Sudo cp /etc/asterisk/extensions.conf /etc/asterisk/extensions-sauv.conf
Sudo cp /etc/asterisk/sip.conf /etc/asterisk/sip-sauv.conf

Dans notre exemple nous allons paramétrer 3 téléphones et une conférence. Les 3 téléphones sont un Softphone X-lite nommé Julien, un téléphone IP nommé Mildrey et un téléphone analogique nommé Farid. Nous souhaitons dans un premier temps que les 3 téléphones puissent communiquer. Il faut donc paramétrer les 2 fichiers suivants :

• extensions.conf
• sip.conf

Pour modifier les fichiers, plusieurs methodes sont possibles : avec Gedit en interface graphique ou nano (ou vi…) en ligne de commande. Nous ferons avec les lignes de commandes.

Sudo nano /etc/asterisk/nomdufichier.conf

NB : Pour enregistrer les modification avec nano faire CTRL+X, répondre à la question par « O » ou « Y » selon la langue du système et faire entrer pour valider.

Pour extensions.conf il faut rajouter dans la catégorie [default] les lignes suivantes en faisant
sudo nano /etc/asterisk/extensions.conf :

exten => « num de tel » ,1,Dial(SIP/”identifiant du tel”)

Dans notre cas voici les différentes lignes qui ont été ajoutés :

exten => 555,1,Dial(SIP/mildrey)
 exten => 556,1,Dial(SIP/julien)
 exten => 557,1,Dial(SIP/farid)

Nous avons donc Mildrey qui aura le numero 555, Julien le 556 et Farid le 557.

Concernant le fichier sip.conf, sudo nano /etc/asterisk/sip.conf et à la fin ajouter.:

[mildrey]
 type=friend
 host=dynamic
 username=mildrey
 secret=mildrey
 disallow=allow
 allow=ulaw
[julien]
 type=friend
 host=dynamic
 username=julien
 secret=julien
 disallow=allow
 allow=ulaw
[farid]
 type=friend
 host=dynamic
 username=farid
 secret=farid
 disallow=allow
 allow=ulaw

Les trois blocs que j’ai ajoutés sont sous la forme :

[nom du client]
 type=friend
 host=dynamic
 username=nom du client
 secret=motdepasse
 disallow=allow
 allow=ulaw

Peer : C’est une entité SIP qu’Asterisk peut appeler. Un « peer » s’identifie au près d’Asterisk.
User : C’est une entité SIP qui passé les appels à travers Asterisk.
Friend : C’est une entité qui est à la fois User et Peer. C’est ce qu’on utilise ici car il peut être contacté par le serveur asterisk et par d’autres utilisateurs.

Une fois les deux fichiers modifiés il faut rentrer dans l’interface Asterisk CLI (Command-line Interface) grâce à la commande : asterisk –r
Vous arriverez dans une invite de commande particulière intégrée à Asterisk. Elle se présente sous la forme suivante :

Une fois dans le CLI (Command-line Interface) d’Asterisk, il faut faire valider les nouveaux paramêtres de extensions.conf et sip.conf à Asterisk.
Pour cela, il faut faire :

Sip reload et Dialplan reload

Si tout se passe bien vous retrouverez :

Et l’équivalent pour le Dialplan.

A ce point, tout est opérationnel au niveau du serveur, il manque juste de paramétrer les téléphones.

4 – Configuration des téléphones

Pourquoi configurer les téléphones ? Il faut que les téléphones soient enregistrés au niveau du serveur pour qu’un numéro leur soit attribué et qu’ils puissent communiquer avec les autres.
Au niveau du serveur il est possible de voir quels téléphones sont enregistrés grâce à la commande sip show peers donc le résultat est affiché ci-dessous :

Ici personne n’est connecté : le Host n’est pas spécifié (Unspecified) et aucun des 3 compte n’a un Status Monitored et c’est normal, nous n’avons branché aucun téléphone.

Petit rappel, nous allons utiliser 3 types de téléphones différents : arbitrairement, j’ai choisis que Julien aurai un SoftPhone, Mildrey un téléphone IP et Farid un téléphone analogique classique.

Commençons par le SoftPhone :

4.1 – Softphone

Qu’est-ce qu’un softphone ? Un softphone est un type de logiciel utilisé pour faire de la téléphonie par Internet depuis un ordinateur plutôt qu’un téléphone (cf Wikipédia). Il existe plusieurs milliers de softphone plus ou moins bon dont deux principaux : X-lite (logiciel propriétaire) et Ekiga (logiciel libre) disponible en natif dans Ubuntu version Desktop (mais aussi Windows). J’ai une petite préférence concernant X-lite mais c’est purement personnel et tous les softphones présentent plus ou moins les mêmes paramètres.
Voici à quoi ressemblent X-lite et Ekiga :

Figure 1 : X-lite


Figure 2 : Ekiga
Je vais détailler les différentes étapes de paramétrage des deux softphones afin qui soient enregistrés sur mon serveur Asterisk.

4.1.1 – X-lite

Dans X-lite : Aller dans Sofpthone puis Account Settings

Vous arriverez dans une fenêtre comme celle-ci :

N.B. : Si vous avez pris X-lite sur un site autre que sur le site officiel (www.counterpath.com/) vous aurez une ancienne version d’X-lite et les paramètres se présentent sous la même forme.

Maintenant, il faut se souvenir du fichier sip.conf afin de bien spécifier dans X-lite les différents paramètres.

User ID : Identifiant
Domain : IP de votre serveur Asterisk (ici le serveur est dans une lan et n’a pas vocation de sortir sur le net donc on spécifie l’IP locale)
Password : mot de passe
Display Name : nom du téléphone

Faire OK quand tous les paramètres sont bons.
L’enregistrement se fera et si tout va bien vous aurez un message « Account enable. The phone is ready »

4.1.2 – Ekiga

Pour Ekiga : Aller dans Edition > Compte

Puis encore Compte > Ajouter un compte SIP

Puis comme pour X-lite précisez les bons paramètres en fonction de votre configuration sur le serveur.

Nom : Nom du compte (mettez ce que vous voulez)
Registar : IP du Serveur (Cf voir pour X-lite)
Utilisateur et Identifiant d’authentification : nom d’utilisateur
Et le mot de passe est évidement …. Le mot de passe

Pour vérifier si notre compte est bien validé faites Validez et regardez si vous avez la mention « Inscrit » dans la colonne Etat

Fermez la fenêtre et voilà 🙂

Dans le cas où vous avez gardé les fichiers extensions.conf et sip.conf, vous pouvez appeler le numéro 3 sur votre téléphone et vous aurez une agréable voix qui vous parle en anglais vous disant que tout marche bien.

C’est fini pour les softphones. Passons aux téléphones réels.

4.2 -Téléphones physiques

Encore une fois rien n’est simple dans la téléphonie, il existe plusieurs types de téléphones physiques : Les téléphones IP ou IP-Phone (et pas Iphone…) et les téléphones analogiques classiques (avec un cadrant par exemple). Commençons par les téléphones IP.

4.2.1 – Téléphones IP ou IP-Phone

Les téléphones IP ou IP-Phone disposent d’un porte Ethernet et peuvent donc directement être connecté sur un Switch directement sur le réseau. Les téléphones IP ont donc une adresse IP tout comme un ordinateur ou une imprimante.

Pour faire encore plus compliqué, les différentes marques de téléphones IP ont des interfaces de paramétrages différentes les unes des autres. Nous avons donc testé deux IP-Phones différents : Linksys IP Phone SPA942 et Thomson ST2030

Figure 3 : IP Phone SPA942


Figure 4 : Tomson ST2030

Voila la fenêtre d’aministration du Linksys :

Il faut parametrer la catégorie Proxy and Registration pour y préciser l’IP de notre serveur Asterisk et la catégorie Subsciber information pour renseigner l’identifiant et le mot de passe du compte SIP.

Voila la fenêtre d’aministration du Linksys :

Même principe : Paramétrer l’IP du serveur et les identifiants du compte SIP

4.2.2 – Téléphone analogique classique

Un téléphone analogique classique dispose seulement d’un port RJ11 ne permettant pas de le brancher directement sur un réseau IP. Il faut donc un adaptateur afin de le « transformer » en téléphone IP. Cet adaptateur s’appel Linksys PAP2T-EU et ressemble à ça :


Figure 5 : Linksys PAP2T-EU

Il permet de connecter un (ou plusieurs) téléphone analogique sur un réseau IP. Dans notre cas nous pouvons relier deux téléphones analogiques à l’adaptateur.
Voici un screenshot de la fenêtre de paramétrage de l’adaptateur Linksys PAP2T-EU

5 -Fonctionnalités de téléphonie.

Tout comme en téléphonie classique, l’IPBX Asterisk permet de nombreuses fonctionnalités classiques dans le domaine. Nous allons voir comment on les met en place.

5.1 – Transfert d’appel

Le transfert d’appel se fait en rajoutant dans extensions.conf les paramètres suivants :

exten => 555,1,Dial(SIP/mildrey,,tT)
exten => 556,1,Dial(SIP/julien,,tT)
exten => 557,1,Dial(SIP/farid,,tT)

Les options t et T permettent respectivement l’appelé et l’appelant à transférer les appels.
Pour transférer un appel, il suffit d’appuyer sur # pendant l’appel. Vous entendrez alors une voix disant « Tranfer » et vous pourrez entrer le numéro vers lequel l’appel sera transféré.

5.2 – Mise en attente

Le transfert d’appel se fait en rajoutant dans extensions.conf les paramètres suivants :

Dans la catégorie [default] ajoutez

Include=>parkedcalls

Maintenant le standardiste pourra mettre en attente un appel en tapant #700. L’appel sera donc placé dans un parc d’attente. Si on laisse la configuration telle quelle, une fois l’abonné en attente il n’entendra rien et s’impatientera ou raccrochera car il pensera que la ligne a été coupée. Il faut alors faire tourner une petite musique en fond. Pour cela il faut installer le paquet « Asterisk-mp3 » et le lecteur de musique madplay de la sorte :

Sudo apt-get install asterisk-mp3
Sudo apt-get install madplay

Une fois installés, il faut configurer asterisk afin qu’il diffuse la musique.
Allez dans la catégorie [default] du fichier musiconhold.conf cette fois ci et ajoutez-y les lignes suivantes.

[default]
mode=custom ; spécifie qu’on utilisera un lecteur de musique externe à asterisk
directory = /usr/share/asterisk/moh ; répertoire ou les musiques seront. Evidement vous pourrez mettre vos musiques ou vous voulez mais il faudra modifier cette ligne sinon asterisk ne les trouvera pas. Par défaut laissez la si vous n’êtes pas sur de ce que vous faite.
application=/usr/bin/madplay –a -12 –mono –R 8000 –output=raw :- ; lecteur externe de musique utilisé.

Enregistrez et fermez le fichier musiconfold.conf. (Si vous avez oublié comment éditer un fichier avec nano je vous renvoie au 3 – Configurez le serveur asterisk)

Il reste plus qu’à mettre votre musique dans le fichier spécifié ; ici c’est /usr/share/asterisk/moh. Redémarrez asterisk et normalement l’utilisateur mis en attente entendra une petite mélodie.
5.3 – Interception d’appel
L’interception d’appel peut être utilisée au moment où le téléphone sonne. L’interception d’appel autorise la récupération d’appel destiné à un poste qui sonne depuis un autre poste. Pour cela il faut que l’intercepté et l’intercepteur soient dans le même groupe d’appel.
Dans notre cas nous prendrons Farid qui tente d’appeler Mildrey et Julien interceptera l’appel. Pour cela il faut modifier le fichier sip.conf

[mildrey]
 type=friend
 host=dynamic
 username=mildrey
 secret=mildrey
 callgroup=1
[julien]
 type=friend
 host=dynamic
 username=julien
 secret=julien
 pickupgroup=1
[farid]
 type=friend
 host=dynamic
 username=farid
 secret=farid

Notez que la configuration de Farid n’a pas besoin d’être modifiée.
Pourquoi ajoutons nous callgroup=1 et pickupgroup=1 ? callgroup=1 crée un groupe d’appel numéroté 1 et pickupgroup=1 permet à l’utilisateur Julien de récupérer les appels du groupe 1.
On peut donc attribuer à plusieurs utilisateurs un groupe d’appel « 1 » et permettre à plusieurs utilisateurs d’intercepter les appels. Dans le cadre d’une société classique la secrétaire peux intercepter les appels de tous les employés. Tous les employés appartiendraient au groupe d’appel 1 et la secretaire serai la seule à avoir l’attribut pickupgroup= « numero du groupe ». Le numéro du groupe est arbitraire et vous pouvez mettre n’importe quel numéro.

Comment intercepter un appel ? C’est simple, lorsque le téléphone sonne il suffit que Julien fasse *8 et il récupérera l’appel.
5.4 – Enregistrement d’appel
Le serveur asterisk permet d’enregistrer les appels à la demande de l’utilisateur. Pour cela il faut activer cette fonction et attribuer une touche du téléphone à la fonction d’enregistrement. Pour attribuer une touche il faut paramétrer le fichier features.conf. Ouvrez features.conf et cherchez la ligne ou il y a écrit « One Touch Record ». Vous devriez trouver une ligne de écrite de cette façon :

;automon => *1 			; One Touch Record

Notez que la ligne est commentée par le « ; » c’est-à-dire qu’Asterisk ne la prend pas en compte dans sa configuration ; pensez donc à la décommenter : Enlevez le « ; » devant la ligne.
Une fois décommentée, si vous la laissez identique il faudra faire *1 sur le combiné téléphonique pour enregistrer l’appel.
Dans notre cas nous allons modifier la ligne afin d’attribuer la touche * pour enregistrer la conversation (Vous pourrez bien évidement changer cette combinaison de touches pour enregistrer l’appel).

Donc dans mon exemple j’attribue * à l’enregistrement d’appel et la ligne donne :

automon => * 		; One Touch Record

« One Touch Record » est en commentaire donc vous pouvez l’enlever si vous voulez mais je la laisse pour m’y retrouver si je dois modifier la touche plus tard).

Ensuite ajoutez la ligne suivante au début de la catégorie [globals] dans extensions.conf :

[globals]
 DYNAMIC_FEATURES=>automon

Et il faut modifier les trois commandes Dial() comme cela :

exten => 555,1,Dial(SIP/mildrey,60,,wW)
 exten => 556,1,Dial(SIP/julien,60,,wW)
 exten => 557,1,Dial(SIP/farid,60,,wW)

L’option w indique que l’enregistrement peut être initié par l’appelé et W par l’appelant.
Pour tester, il suffit d’établir une communication et de presser la touche * sur un des téléphones.La conversation a été enregistrée sur le serveur Asterisk dans le répertoire /var/spool/asterisk/monitor. Pour l’écouter, on peut utiliser la commande aplay sur le serveur Asterisk comme ci-dessous :

aplay /var/spool/asterisk/monitor/auto­*.wav

N.B. : Il est possible qu’Aplay ne soit pas installé, il faudra donc l’installer avec « Sudo apt-get install aplay ».

5.5 – Boites vocales
Par défaut, le serveur de téléphonie Asterisk dispose d’un utilisateur 1234 avec une boîte configurée accessible avec le mot de passe 4242.
Dans un premier temps, on peut installer les messages vocaux en francais :

apt-get install asterisk-prompt-fr

Ensuite, indiquez la langue préférée pour les téléphones SIP dans le fichier sip.conf en remplaçant la ligne :

;language = en

par

language = fr

Pour tester la messagerie vocale d’exemple, il suffit alors d’appeler le 1235 (pas le 1234 qui correspond à la Console) et de laisser directement un message à l’utilisateur 1234. Après cela, appelez le 8500 et authentifiez-vous en tant qu’utilisateur 1234 et mot de passe4242. Puis tapez 1 pour écouter le message que vous venez de laisser.

5.6 Création d’une boite vocale

Pour créer une boite vocale associée à un numéro de téléphone, il faut d’abord la déclarer dans la partie  » [default]  » du fichier voicemail.conf de cette manière :
555 est le numéro de téléphone auquel la boite vocale est associée, et 0000 est le mot de passe correspondant. Julien désigne l’utilisateur associé et [email protected] est son adresse mail.
Les lignes exten entrées dans le fichier extensions.conf sont exécutée les unes après les autres de façon séquentiels.
La commande Dial() accepte un argument timeout qui correspond à la durée de la tentative d’appel avant de passer à la commande suivante. Après ce délai, l’instruction suivante (étiquette 2) est exécutée. Elle renvoie sur la messagerie. Finalement, la dernière instruction (étiquette 3) est lancée. Elle provoque le raccrochage de la ligne.

exten => 555,1,Dial(SIP/ekiga1, 10)
 exten => 555,2,Voicemail(b555)
 exten => 555,3,Hangup

Pour essayer la messagerie vocale,on va appeller Julien au 555 à partir du poste de Farid, et ne décrochez pas le poste Julien.

5.7 Installation et configuration du serveur POP  » ipopd « 

Afin de pouvoir consulter les courriels à partir d’un logiciel de messagerie quelconque et depuis n’importe quelle machine, il suffit d’installer un serveur POP  » ipopd  » sur la machine qui héberge le serveur Asterisk. Il est alors possible de paramétrer un logiciel de messagerie pour relever les courriels du serveur Asterisk en utilisant le protocole POP avec chiffrement SSL (port 995 du serveur Asterisk).
Après avoir correctement paramétré votre client de courriel, vous récupérez les courriers envoyés par le serveur Asterisk avec les messages vocaux joints au format *.wav.
Dear Julien:
Just wanted to let you know you were just left a 0:18 long message (number 2)
in mailbox 555 from ph, on Wednesday, September 20, 2006 at 03:40:08 PM so you might
want to check it when you get a chance. Thanks!
–Asterisk

Le mail peut être changé en modifiant la variable emailbody dans le fichier voicemail.conf.

5.8. Menu Vocal Interactif

Une des fonctionnalités fortes du serveur de téléphonie Asterisk est l’IVR (Interactive Voice Response). En français, cela peut se traduire par  » menu vocal interactif « .
Pour illustrer cette fonctionnalité, nous pouvons imaginer le menu suivant :


La navigation à travers les différents Messages Vocaux est assurée par la pression des touches [1], [2], [3] du téléphone comme indiqué sur le schéma. La touche [*] permettant de quitter à tout moment.
La première étape consiste à enregistrer les fichiers audio qui contiennent les différents Messages Vocaux. A titre d’exemple, on peut enregistrer les messages suivants :


 L’enregistrement peut se faire avec la commande arecord que l’on termine avec [Ctrl-C] :
 arecord > MessageVocalBienvenue.wav
 Il est conseillé de vérifier chaque enregistrement avec la commande aplay
 aplay MessageVocalBienvenue.wav
 La conversion des fichiers enregistrés au format GSM se fait avec l’utilitaire " sox " :
 apt-get install sox
 sox MessageVocalMenu0.wav –r8000 –c1 MessageVocalMenu0.gsm resample –ql
 ...
 cp *.gsm /usr/share/asterisk/sounds/MessagesVocaux
 Enfin, il suffit de décrire le Menu Vocal à l’aide d’un algorithme de programmation linéaire. En effet, comme cela a été expliqué précédemment : les lignes exten du fichier extensions.conf permettent de décrire un algorithme de programmation linéaire (comme en BASIC). Comme dans toute programmation linéaire, il est possible de réaliser un saut conditionnel. La condition est la pression d’une touche sur le téléphone. Voilà le code qui doit être ajouté à la fin du fichier extensions.conf :
 exten => 559,1, Set(TIMEOUT(digit)=3)    	; Durée max d’un chiffre DTMF à 3 sec
 exten => 559,2, Set(TIMEOUT(response)=10)ResponseTimeout,10; Attente d’une tonalité DTMF durant 10 sec
 exten => 559,3, Answer            	; Decrochage
 exten => 559,4, Background(MessagesVocaux/MessageVocalBienvenue) ; Lecture en arrière plan
 exten => 559,5, Goto(MenuVocal0,s,1)
 [MenuVocal0]
 exten => s,1, Background(MessagesVocaux/MessageVocalMenu0)     ; Lecture en arrière plan
 exten => s,2, WaitExten
 exten => 1,1, Goto(MenuVocal1,s,1)  ; Aller au contexte MenuVocal1
 exten => 2,1, Goto(MenuVocal2,s,1)  ; Aller au contexte MenuVocal2
 exten => 3,1, Goto(MenuVocal3,s,1)  ; Aller au contexte MenuVocal3
 exten => *,1, Hangup                ; Raccrochage
 exten => i,1, Playback(MessagesVocaux/MessageVocalToucheInvalide) ; Lecture
 exten => t,1, Goto(MenuVocal0,s,1)  ; Si ResponseTimeout dépassé retour
 [MenuVocal1]
 exten => s,1, Background(MessagesVocaux/MessageVocalMenu1)      ; Lecture en arrière plan
 exten => s,2, WaitExten
 exten => 1,1, Goto(MenuVocal11,s,1)  ; Aller au contexte MenuVocal11
 exten => 2,1, Goto(MenuVocal12,s,1)  ; Aller au contexte MenuVocal12
 exten => *,1, Hangup                 ; Raccrochage
 exten => i,1, Playback(MessagesVocaux/MessageVocalToucheInvalide)      ; Lecture
 exten => t,1, Goto(MenuVocal1,s,1) ; Si ResponseTimeout dépassé retour
 [MenuVocal2]
 exten => s,1, BackGround(MessagesVocaux/MessageVocalMenu2)       ; Lecture en arrière plan
 exten => s,2, WaitExten
 exten => *,1, Hangup                 ; Raccrochage
 exten => i,1, Playback(MessagesVocaux/MessageVocalToucheInvalide) ; Lecture
 exten => t,1, Goto(MenuVocal2,s,1)   ; Si ResponseTimeout dépassé retour
 [MenuVocal3]
 exten => s,1, BackGround(MessagesVocaux/MessageVocalMenu3)       ; Lecture en arrière plan
 exten => s,2, WaitExten
 exten => *,1, Hangup                 ; Raccrochage
 exten => i,1, Playback(MessagesVocaux/MessageVocalToucheInvalide) ; Lecture
 exten => t,1, Goto(MenuVocal3,s,1)   ; Si ResponseTimeout dépassé retour
 [MenuVocal11]
 exten => s,1, BackGround(MessagesVocaux/MessageVocalMenu11)       ; Lecture en arrière plan
 exten => s,2, WaitExten
 exten => *,1, Hangup                 ; Raccrochage
 exten => i,1, Playback(MessagesVocaux/MessageVocalToucheInvalide) ; Lecture
 [MenuVocal12]
 exten => s,1, BackGround(MessagesVocaux/MessageVocalMenu12)       ; Lecture en arrière plan
 exten => s,2, WaitExten
 exten => *,1, Hangup                 ; Raccrochage
 exten => i,1, Playback(MessagesVocaux/MessageVocalToucheInvalide) ; Lecture

6 – Sécurité

6.1 -Analyse Wireshark des appels

Les appels SIP ne sont absolument pas sécurisés. C’est-à-dire que les appels transitent en clair sur le réseau. Les appels sont donc écoutables facilement grâce à certains logiciels comme WireShark.
Voici un screeshot d’une conversation suivi par Wireshark.

Voici le screeshot de l’établissement d’une connexion d’un appel.


7 Comments

  1. Bonjour, ça ma beaucoup aider, mais comment fait on la liaison entre le serveur asterisk et les autres types de reseaux dans le cas où ont utilise asterisk pour un serveur vocal interactif. Merci pour votre aide.

  2. salut!
    je suis sur un projet asterisk et j’ai suivi ton tuto. Le hic c’est que j’ai besoin de savoir comment faire pour un algo comme suit:
    bonjour tapez 1 pour ***
    tapez 2 pour *****
    pour valider tapez #
    pour ignorez tapez *

    merci de me repondre le plus tot possible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *